Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le propos

Regards sur la culture, images des rues, mots venus par inspiration

Rechercher

27 septembre 2013 5 27 /09 /septembre /2013 17:49

La patronne présente l'artiste avec les yeux qui brillent et un enthousiasme juste.

Aprêté, grâce et équivoque, c'est ce qu'elle nous dit qu'il faut retenir du travail de  Mark Cohen.

Il a photographié une bourgade américaine de très près. Trop près. A s'en faire casser la gueule et voir débarquer la police pour attentat à la pudeur. Il y a des bouts de clavicules, des corps sans têtes, des genoux cagneux, des détails qu'on n'aurait pas vus. Du noir et blanc beaucoup, de la couleur aussi, entre.

bal.jpg

L'oeuvre est un ensemble, une histoire qui fait sens par un petit bout d'objectif très rapproché du sujet, mise en scène de façon remarquable dans ce lieu si chaleureux.

Au Bal, chaque expo est différente et réussie. Je dis chapeau.

 

J'ai eu la joie de la visite guidée et du cocktail de pré vernissage. C'était très bon et il y avait un monde fou, serré, trop près. Le Bal victime du succès, c'est bien. Je m'en réjouis. Il le mérite !

bal2.jpg

Dans la foule, la rencontre avec un certain JB, le voisin, champion en mondanités qui prend un air pressé pour dire qu'il vient juste d'arriver. Avec sa troisième assiette de dessert (un brownie crème fouettée divin) à la main et sa coupette reremplie, il nous raconte la qualité du quartier pour son hippopotamus ouvert jusqu'à 5 heures du mat, ben oui, imagine que t'aies une fringale à deux heures, ses barbecues aux beaux jours et la fréquence des vernissages où l'on mange toujours très bien.

 

Bref, le BAL faut y aller !

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Plume de rue
commenter cet article

commentaires

Nathalie 28/09/2013 09:02

Excellent !!! C'était excellent... à voir et à revoir !

Plume de rue 30/09/2013 15:33



Tout à fait ! Prochain article sur la MEP ? Mercredi volontiers !