Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le propos

Regards sur la culture, images des rues, mots venus par inspiration

Rechercher

10 avril 2012 2 10 /04 /avril /2012 10:00

  P1100771

Plume invitée : Juliette

Ecrit sur proposition

 

 

J’aurais peut-être dû claquer la porte plutôt que de partir ainsi, sur la pointe de mes talons aiguilles, prenant soin de ne pas heurter ses nombreux chers bibelots, ses trophées, clichés de lieux balayés en quelques heures ou quelques jours, jamais une éternité, pour affaires ou à loisir, des couvre-chefs, des totems, des poteries, des broderies, chandeliers branchés, reliques animistes, des souvenirs amnésiques amassés et empoussiérés, laissant sur place mes affaires, quelques habits d’hiver, le déshabillé trop grand offert à Noël, un collant filé et un livre auquel je tenais - tant pis, le quittant endormi dans son grand lit géométrique – un énorme rectangle en contreplaqué verni où on pourrait tenir à quatre, même en diagonale et où il regrettera que je l’aie abandonné dans sa vie toute tracée, rectiligne comme cette voie du métro aérien entre l’Etoile et la Nation, qui me passe au-dessus et que je suis à pied, droite et sans virage, rejoindre mon petit studio dans une de ces immenses verticales du quinzième, sur le bitume, froide et mécanique, en ce matin d’hiver désert où j’ai réalisé que je suis un grain de sable dans la vie de cet homme et tous ceux avant et que je ne veux pas – que je ne veux plus - n’être qu’un point sur la photo, à lui, à eux, posée sur les toiles de leurs vies, je veux ma propre ligne de fuite, m’offrir des perspectives, la possibilité d’un cadre à ma dimension, cesser d’être cette âme gelée, le négatif d’un être brillant et trouver ce qui me donnera du champ, projeter ma vie en quadrichromie, là où le regard porte loin et où le flou est artistique, avançant ou restant, peu importe tant que cela fait sens, pour une fois, pour toujours, ne pas avoir, ne plus avoir envie de claquer la porte sans lui dire adieu.

Partager cet article

Repost 0
Published by Magdeleine - dans sur proposition
commenter cet article

commentaires

jean de la Lune 15/04/2012 16:49

Bel exercice de style. Une seule phrase, aucun point. Cette quasi absence de ponctuation (sauf les virgules pour la respiration) donne un rythme haletant au texte. L"ai-je bien analysé?

Magdeleine 17/04/2012 10:49



Très pertinente analyse monsieur de La Lune. Merci. Une histoire de vie avec juste un point final, serait-ce une métaphore ?