Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le propos

Regards sur la culture, images des rues, mots venus par inspiration

Rechercher

10 septembre 2014 3 10 /09 /septembre /2014 22:15

J’aime les pré-vernissages du Bal. Je les attends avec l’impatience de l’enfant qui ne sait pas ce qu’il y va y avoir sous le sapin. Ce sont des moments conviviaux, l’impasse de la Défense envahie d’amateurs de photos pour découvrir des artistes vivants et partager un verre (et parfois un Bagel). Et quand Diane Dufour offre la visite aux amis du Bal, c’est le meilleur moment de la soirée. L’artiste l’accompagne (souvent) et la passion transpire. Si les commentaires éclairent l’œuvre, le regard s’est déjà laissé porter. Antoine d’Agatha, Lewis Baltz, Chris Killip, Mark Cohen, Paul Graham et puis Ponte City. Tous des découvertes, tous des coups de cœurs. Des images qui restent là quelque part : du dépaysement dans l’Angleterre réaliste de Thatcher, des corps flous dans des postures cauchemardesques, des séries de fenêtres ouvertes sur l’imaginaire, une lecture différente selon la distance et jusqu’à un alphabet d'un nouveau langage qui ne se parle pas mais se contemple.

Ce soir, l’affiche prometteuse annonçait des grands noms : Sophie Calle, Antoine d’Agatha et d’autres. Je suis arrivée en avance, pour ne pas en perdre une miette, impatiente de la rencontre, de la retrouvaille avec des artistes que j’aime, de la voix de Diane Dufour.

Photo_6015BB26-7F79-4811-7FE4-5297BC497B5A.jpg

Il y avait du champagne et un buffet abondant, un joli coucher de soleil mais pas de visite commentée par Diane Dufour. Peut-être aurait-elle été moins passionnée ? Peut-être aurait-elle expliqué le brief de départ : une autoroute confiée à cinq artistes mais probablement aurait-elle eu plus de mal à parler du rendu, séchée par le manque de profondeur. Exposition sans incarnation, des grands noms pour du fastoche sans incarnation. Un concept rapidement mené sans âme, de l’étalage de photos façon je sais faire et je vais pas me fouler. En plus l’événement est sponsorisé par Vinci. Bref du marketing en lieu et place de l’art.

Ce pré-vernissage au Bal m’a laissé un goût amer. J’espère que ce n’est pas la nouvelle ligne directrice. Sinon, j’irai chercher mes découvertes ailleurs !

WP_000604.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by Plume de rue
commenter cet article

commentaires

Konseledise 20/09/2014 21:57

J'espère que la prochaine sera aussi bonne que les bagels de celle-ci ! ;-))))

Plume de rue 01/10/2014 08:06



ah ah ! Mercredi prochain, la visite pour les amis du bal par Diane Dufour ... A suivre ...



rita 13/09/2014 17:06

partagé ! l'accent a été mis sur le champagne et les bagels, c'était très propre...

Plume de rue 19/09/2014 14:29



il faut quand même reconnaître que le champagne et les bagels étaient beaucoup plus digestes que l'expo