Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le propos

Regards sur la culture, images des rues, mots venus par inspiration

Rechercher

20 mai 2013 1 20 /05 /mai /2013 14:45

De l’exposition les anges du bizarre au musée d’Orsay, je ne parlerai pas longuement ici car on me targuerait encore de faire place au triste et au morbide. Alors en 2 mots : allez-y !

On y découvre des toiles et des peintres qu’on voit rarement, la thématique est traitée avec intelligence et pédagogie. Et au-delà de l’esthétique du romantisme noir, le sujet est d’un modernisme déconcertant en ces périodes troublées, et ouvre réflexion. Mais m’étendre sur le sujet serait encore noircir ces pages, alors au diable le négatif et aujourd’hui je sors de mon Pandémonium, ce palais de Satan, repère de démons en tous genres, générateur d’angoisses en sauce de désespoir rehaussé d’une pointe d’amertume.

A la recherche d’éléments joyeux, de sources de gaieté, d’ondes positives, je réfute l’idée de mettre le nez dehors qui est une option trop humide, même si je me réjouis de la verdeur de l’herbe et du remplissage des nappes phréatiques. J’abandonne ensuite l’idée de créer de la convivialité avec mes collaborateurs, lasse de les entendre réclamer une augmentation et la reconnaissance préférant les laisser dans l’illusion que peut-être cela arrivera un jour. Nous sommes lundi de Pentecôte et je m'enorgueilli de travailler en contribuant efficacement au bien-être des personnes âgées un jour où tous nos clients sont en week-end. En plus, je peux me féliciter d’avoir un chef extrêmement malin pusqu'il est venu faire un tour et est reparti rapidement, en disant que puisque la journée était calme et que j’étais là, il pouvait rentrer chez lui, me laissant ainsi les commandes du service.

Je poursuis la recherche du Graal sur internet. Orange propose la journée de la voyance avec des consultations gratuites. Chouette mais quel avenir apprendrai-je : celui de la planète et du gâchis permanent que nous lui causons, celui du ciel qui dégouline en ce mois de mai ou celui de mes tracas et soucis personnels ? Ailleurs, Facebook est globalement déserté de mes amis virtuels, Le Monde donne les nouvelles et la mété-Eau. Alors, j’épluche mon disque dur à la recherche de clichés revigorants, d’images ensoleillées et de photos optimistes sur notre monde en déconfiture. Une image simple, un sourire, et  voilà ce que j’ai trouvé ! chenenonceaux19.JPG

Evidemment, c’est sans arrière-pensée, sans moquerie mal placée. Du bon esprit, au premier degré.

Pour les inspecteurs Gadgets en goguette, les Derricks en herbe, les Maigrets de canard, j’avoue : j’ai écrit ce post au bureau et sur mon temps de travail, et ça, ça fait du bien !

Partager cet article

Repost 0
Published by Plume de rue
commenter cet article

commentaires

rita 20/05/2013 19:23

pour paraphraser, je ne sais plus qui d'ailleurs, "le pessimisme est d'humeur, l'optimisme de volonté", allez, encore un peu de courage...cultivons aussi un regard, qui va devenir chic et décalé,
sur ces moments de soleil

Plume de rue 22/05/2013 13:49



Chic, un regard décalé ... Ok pour cultiver l'optimisme mais à condition de pouvoir garder l'ironie !



Bérénice 20/05/2013 16:14

je lis plume de rue au bureau et j'aime ça quand c'est plein de jonquille en fleurs

Plume de rue 22/05/2013 13:47



Ce matin, j'ai croisé un escargot. J'essaie d'en faire un poème, mais c'est lent !