Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 novembre 2010 7 28 /11 /novembre /2010 21:21

En ce dimanche, Plume de rue a déambulé au Grand Palais.

 

D’autres avaient eu la même idée, garnissant les nymphéas et les meules de foin de crânes ou de longs cheveux, faisant résonner des commentaires plus ou moins inspirés dans la cathédrale rouennaise ou le parlement anglais.

Entendu par exemple : « Sais-tu pourquoi il met toujours des ombrelles aux femmes ? non ? parce que l’ombre est là » ou aussi « Boudin a beaucoup inspiré Monet et notamment pour les ports ». Des propos rattrapés par ceux de Monet à Frédéric Bazille « C’est à force d’observations, de réflexion que l’on trouve » (1864)

 

Londres, Venise, Varengeville, Rouen, Belle-île, la gare Saint-Lazare, la rue Montorgueil, Argenteuil, Antibes… des séries, de la lumière, parfois dans l’ombre, de l’eau, des vagues, des reflets, des ponts avec des trains dessus. La recherche de l’instantanéité comme un cliché de photographie. Un précurseur, un inventeur. Une exécution parfaite. Des traits de génie.

 

Des œuvres magnifiques, d’un peintre au talent qui n’a d’égal que sa production, impressionnant.

Du haut de mes presque 40 étés, avec les originaux mis les uns à côté des autres, je comprends enfin pourquoi les salles de classe, les maisons de retraite, les salles d’attente, les chambres d’hôtel sont remplies de ces reproductions dont les couleurs passent par l’effet du temps, pourquoi ces chefs d’œuvres font un tel consensus jusqu’à en être rendus « trop vus, mal vus ».

Monet est paisible, facile à regarder, émouvant parfois. Virtuose dans la recherche du beau. Monet apaise, fédère et éblouit.

Mais Monet n’interpelle jamais, ne dénonce rien, ne proteste pas. En ces temps où l’argent règne en maître donnant aux choses et aux être humains leur valeur, en ces temps où le salut se retrouve dans le recroquevillement et le bien être personnel, où l’individualisme prend le pas sur le groupe, Monet rassure. Monet serait-il l’emblème du conservatisme ?

 

Quand le quotidien est fait de

 

divers.JPG  rer.JPG  quotidien2.JPG

 

Merci à monsieur Monet de cette parenthèse enchantée.

Merci à Jean de la Lune de ses commentaires éclairés et d'être l'invité de plume de rue avec son "Monet de singe", à la manière du maître.

Partager cet article
Repost0

commentaires

J
<br /> J'aime beaucoup la photo de la tente du SDF sous le pont: la symétrie de l'architecture (Versailles du pauvre?) et la roue du vélo à droite qui amène un personnage qu'on ne voit pas (absence de<br /> vie?). Bravo!<br /> <br /> <br />
Répondre
M
<br /> <br /> merci !<br /> <br /> <br /> <br />
E
<br /> tu me donnerais presqu'envie d'y aller tellement tu en parles bien...<br /> <br /> <br />
Répondre
M
<br /> <br /> ah oui, mais c'est à Paris :-)<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> <br />
N
<br /> "Monet apaise, fédère et éblouit", tout est dit.<br /> <br /> <br />
Répondre