Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 janvier 2012 7 29 /01 /janvier /2012 11:15

 

Invisibilité, mot féminin de grand talent - Chronique 20  d’Alix, féministe

 

Qu’il est beau le rapport de Michèle Reiser, membre du CSA, sur l’image des femmes dans les médias ! Ne vous emballez pas, il ne s’agissait pas de compter les seins nus placardés sur les kiosques à journaux ; mais de comparer les temps de parole des femmes et des hommes sollicités pour leur expertise dans la presse (papier, radio, tv). Devinez qui a gagné ? Femmes = moins de 20%. Pour celles et ceux qui manqueraient de repères statistiques, il faut savoir qu’il y a plus de 20% de femmes diplômées en France et qu’il leur arrive même d’être majoritaires dans certaines disciplines professionnelles (magistrature, éducation, etc). Les journalistes avaient promis de faire des efforts après la parution du précédent rapport. Devant la stabilité sans faille des résultats 2011, ils arguent de deux obstacles à l’évolution de la situation :

 

1/ les journalistes sont pressés et il leur faut des experts prêts à témoigner rapidement, alors ils tapent dans un fichier existant et masculin ; bref, les habitudes.

 

2/ les journalistes sollicitent des femmes … mais elles refusent parce qu’elles disent n’être pas assez compétentes ou pas assez disponibles ; bref, elles ne veulent pas.

 

Un partout la balle au centre. A ce degré-là, l’invisibilité devient une compétence et il convient de se demander qui tient la scie sur la branche. Car il y a beaucoup de femmes parmi les journalistes.

de nuit02

Partager cet article
Repost0
15 janvier 2012 7 15 /01 /janvier /2012 11:05


 

Princesse, mot féminin digne d’un grand destin - Chronique 19  d’Alix, féministe

 

Le prince est un gouvernant (c’est noté ainsi dans le dictionnaire qui nous dit aussi que), la princesse est fille ou femme de prince. Comme la boulangère est femme du boulanger. Et faire sa princesse, c’est être prétentieuse tandis qu’un haricot princesse est de forme allongée (toute ressemblance avec, etc). On est le 15 janvier mais il n’est pas trop tard pour se souvenir des cadeaux que nous venons d’offrir, sourire aux lèvres, à nos filles ou nièces ou filleules de moins de 10 ans. Pas sûr que le rose, les dentelles et les brillants soient les attributs du leadership princier … mais on se donne bonne conscience féministe en se disant qu’on leur fait plaisir, que c’est ce qu’elles voulaient, qu’elles seraient ridicules dans la cour de récré à dire qu’elles ont eu un camion à pédales, qu’on ne peut pas tous les jours de l’année être féministe et acharné-e. Reste donc 11 mois pour convaincre Théa de se mettre à l’étude des fourmis et Matisse à la production de cupcakes. Avec un peu de chance, elle deviendra économe et lui chef étoilé.

alix19.JPG

 

Partager cet article
Repost0
1 janvier 2012 7 01 /01 /janvier /2012 00:35

Plume de rue vous souhaite une bonne année !

2012.JPG

Année, mot féminin du jour

Chronique 18 d’Alix, féministe  

 

A l’heure de nos premiers pas dans cette journée inaugurale, je me souviens d’un homme. Il aurait adoré Plume de Rue, lui qui écrivit « Tentative d’épuisement d’un lieu parisien ». Un beau jour, il fit disparaître la lettre e des 319 pages de son roman bien nommé « La disparition ». Une histoire d’homme forcément, tant il est difficile en français de mettre en scène un personnage féminin en supprimant le e de son vocabulaire. Une prouesse littéraire en vérité ! Essayez donc d’écrire ne serait-ce que cinq lignes sans cette belle voyelle bouclée, tout en y maintenant un semblant de sens. Alors que presque tous les mots de ce texte l’incorporent. « De la contrainte naît l’imaginaire » disaient Monsieur Perec et ses amis Oulipiens.

 

Je vous souhaite une année neuve pleine d’imagination, car il ne sera pas facile de voter féminin en mai 2012 ...

 

Alix  

Photo Mag

Partager cet article
Repost0
18 décembre 2011 7 18 /12 /décembre /2011 11:44

Génération Y, mot féminin en nette évolution

Chronique 17 d’Alix, féministe

Il a vingt-sept ans et sa lettre de démission adressée à sa chefe commence par « Madame, Monsieur ». Il y déclare devoir quitter le pays pour suivre son conjoint. Sachant qu’il est hétérosexuel, on peut considérer que ce représentant de la Génération Y :

-         - possède le niveau moyen de connaissance grammaticale des mâles de ce pays ;

-         - n’a pas jugé nécessaire d’affubler sa chefe d’un « Mademoiselle » alors qu’elle n’est pas mariée ;

-         - est l’exception qui confirme la règle : il est l’homme qui suit une femme expatriée.

Ça fait deux bonnes nouvelles d’un coup !
  
Et l'espoir qui repose sur les jeunes générations est confirmé par le Goncourt des Lycéens : seul prix littéraire de l'automne décerné à une auteure, Carole Martinez, pour "Du domaine des murmures" (Editions Gallimard). L'histoire d'une fille, Esclarmonde, qui en 1187 refuse de dire "oui" le jour du mariage organisé par son père.

 
Concernant l'écueil grammatical, se reporter aux chroniques sur l’éducation nationale ...

 

Alix

pariss13 

Photo Mag

Partager cet article
Repost0
4 décembre 2011 7 04 /12 /décembre /2011 11:31

Passerelle, mot féminin de consolation

Chronique 16 d’Alix, féministe

Où il est encore question de Simone de Beauvoir et de sa place dans la Cité. Car à la suite de la Chronique 15 où je plaidais pour une Place Simone de Beauvoir … on me fit justement remarquer qu’il existe une somptueuse passerelle Simone de Beauvoir à Paris. Elle enjambe élégamment la Seine de Bercy à la Très Grande Bibliothèque. Une passerelle, belle, élancée, aérienne … féminine ? Quand Alexandre III possède son pont, massif, robuste, ornementé … masculin. Ainsi les stéréotypes du genre se nichent-ils jusque dans l’architecture urbaine !

Alix

pariss17

 

Photo Mag

Partager cet article
Repost0
20 novembre 2011 7 20 /11 /novembre /2011 11:35

 

Place, mot féminin à conquérir

Chronique 15 d’Alix, féministe

Au cœur de Saint Germain des Prés, après une longue déambulation dans la fraîcheur automnale, un chocolat chaud sous la verrière des Deux Magots. Laissant vos mains se réchauffer au contact de la tasse fumante et odorante, vous apercevrez sur votre droite la plaque portant le nom de cet illustre lieu : Place Sartre – Beauvoir. Votre sang féministe y fera plusieurs tours : pourquoi le désordre alphabétique place-t-il Sartre avant Beauvoir ? A-t-on jugé que l’œuvre de l’homme surpasse celle de la femme ? L’un aurait eu plus d’influence que l’autre ? C’est pourtant bien à Beauvoir que nous devons une révolution (féministe) et non à Sartre. Seule la force de l’habitude  veut que l’homme précède la femme comme Adam aurait précédé Eve. C’est bien cette force (d’inertie) qui nous impose de voir Simone suivre Jean-Paul. Et pour le dire plus fort : serait-ce un crime que d’accorder une place entière à la seule Madame de Beauvoir ?

 

Alix

 

  P1050083

 

Photo Mag

Partager cet article
Repost0
6 novembre 2011 7 06 /11 /novembre /2011 11:24

 

Voile, mot féminin pour quelques héroïnes

Chronique 14  d’Alix, féministe

Les voiles déambulent dans les rues des quartiers. On ne dit pas villes, on dit quartiers. Ou cités. On ne dit pas « droit » on dit « karcher ». Changeons de bord. Préférons pour ce dimanche les débats sur la voile : qui va remporter le prochain tour du monde en solitaire, qui financera tel ou tel multicoque, qui se déroutera pour récupérer un naufragé. Pour l’heure, 35 équipages ont pris le départ de la Transat Jacques Vabre. Un seul équipage féminin, composé d’une Allemande et d’une Slovène. Et Florence Arthaud a failli couler au large du Cap Corse … Ellen McArthur, tu me manques.

Alix

voile2.JPG

Photo Mag


Partager cet article
Repost0
23 octobre 2011 7 23 /10 /octobre /2011 10:31

Chaussures, mot féminin douloureux

Chronique 13  d’Alix, féministe

Les rues sont pleines de femmes qui lèchent les vitrines. Surtout les vitrines de chaussures. Même le dimanche quand la boutique est fermée, parce qu’elles y ont vu et essayé quelques paires dans la semaine. Elles repassent parce qu’elles hésitent. L’hésitation est à la femme ce que le doute est à l’homme. Regardez dans le dictionnaire « Hésitation, caractère de ce qui est féminin, fréquemment visible dans une boutique de chaussures ». C’est bien connu, l’homme doute et la femme varie. Vous noterez la noblesse intellectuelle, la dimension philosophique voire ontologique du doute. Alors que le rire ou l’impatience s’empare fréquemment de l’homme à qui la femme dit « je vais réfléchir ».

Mais revenons à l’essentiel. Car si la femme hésite entre deux paires de chaussures si fréquemment, il convient de savoir pourquoi. Sachons d’abord qu’il y a deux catégories de femmes : celles qui investissent l’objet comme un bijou … et les autres qui le considèrent comme un fléau. Sachons ensuite que ces deux catégories affrontent une commune difficulté : trouver chaussure à son pied, c’est-à-dire se chausser sans avoir mal aux pieds (ou à la cheville, ou au genou, ou au dos, ou partout). Trois stratégies sont en fait possibles : 1/ passer le cap des 200 € la paire pour qu’élégance et confort se combinent ; 2/ privilégier le confort et assumer d’arborer des mocassins lookés comme des charentaises ; 3/ changer de boulot pour vivre dans un milieu qui accepte le port de la basket au quotidien. Entre ces trois stratégies, même l’esprit qui doute conviendra qu’on puisse fondamentalement hésiter.

Alix

P1140918

Photo Mag

Partager cet article
Repost0
9 octobre 2011 7 09 /10 /octobre /2011 09:05

 

Ecole, mot féminin qui laisse des traces
Chronique 12  d’Alix, féministe

Décidément, le voyage en entreprise est plein de surprises. Crampe de l’écrivain garantie si on veut tout prendre en notes, se souvenir pour chroniquer. J’ai ainsi demandé récemment à une femme nommée à de hautes fonctions pourquoi elle figurait dans l’organigramme comme Directeur et par Directrice.

-         C’est l’usage

-         Peut-être parce que vous êtes la première femme à entrer dans le cercle de direction ?

-         De toute façon, je préfère

-         Pourquoi donc ?

-         Directrice, ça fait directrice d’école

-         Et Directeur, ça ne fait pas directeur d’école ?

Elle s’est marrée « vous m’avez bien eue, qu’est-ce qu’on peut être cloche ! ». Et oui, le problème avec les gonzesses, c’est qu’elles creusent leur tombe elles-mêmes.

Alix

 

CIMG2537  CIMG2482

 

Photos Mag

Partager cet article
Repost0
25 septembre 2011 7 25 /09 /septembre /2011 10:10

Mademoiselle, mot féminin antédiluvien

Chronique 10  d’Alix, féministe

J’ai beaucoup fait la queue cette semaine pour cause de mise à jour administrative. Banque,  passeport, analyses de sang, inscriptions de rentrée des classes … je ne vous raconte pas ma vie mais ça permet d’observer ses congénères sous pression. Particulièrement les femmes, car il y a beaucoup de femmes qui font la queue pour des démarches administratives. Je suppose que les hommes sont au boulot pendant ce temps-là. Bref, ce n’est pas le sujet, pas aujourd’hui.

 Je faisais donc ma troisième queue de la journée quand c’est arrivé. Déjà 20 minutes dans les pattes, station debout. Le temps d’écouter ces gens remplir des formulaires d’état civil. Et le guichetier (oui y en avait qu’un) qui régulièrement demande assez fort pour qu’on l’entende du bout de la queue : « Madame ou Mademoiselle ? ». Non seulement les femmes sont nombreuses dans la queue, mais en plus, apparemment, elles ne cochent pas toutes les cases. J’ai donc vu une quinqua susurrer Mademoiselle tandis qu’une primo-étudiante lui claironna un superbe Madame. Et puis il y en a eu une, juste devant moi, qui sentait la vanille. J’admirais depuis 20 minutes sa nuque au blond chignon relevé où nichait une grappe de grains de beauté. Et c’est arrivé. Elle n’a pas coché la case. Il a demandé « Madame ou Mademoiselle ? ». Elle a répliqué « Et vous, c’est Monsieur ou Mondamoiseau ? ». Il a rougi comme qui vous savez

Alix 

alix10.JPG

mcommemagdeleinePhoto  

Partager cet article
Repost0