Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Le propos

Regards sur la culture, images des rues, mots venus par inspiration

Rechercher

26 avril 2015 7 26 /04 /avril /2015 11:21
Rome, les bas-fonds au Petit palais
Rome, les bas-fonds au Petit palais

Rien que pour la scénographie, cette expo vaut le coup : petites salles sombres pour exposer les bas-fonds d’un XVIIème baroque et un grand couloir éclairé tapissé des architectures majestueuses de la ville lumière, intemporels. Dans la deuxième partie mettant en scène la gueuserie, des miroirs donnent une dimension différente aux pièces. Nous perdons nos repères comme dans l'ivresse des pochards sur les toiles.

Les œuvres se laissent pénétrer en plusieurs temps. Les thèmes : Association des contraires. Autodérision. Scène de Sabbat avec sorcières et griffes menaçantes. Démons anthropomorphes. Érotisme. Interdit transgressé. Insultes dissimulées ou pas. Pouce coincé entre l’index et le majeur, la fica est notre doigt d’honneur contemporain avec sa connotation sexuelle en prime dans une époque où la religion édicte le puritanisme. Une expo sur une époque qui nous rappelle que les refuges de la notre viennent d’un éternel recommencement.

Sans une toile du maître, l’influence du Caravage est partout. Dans les expressions et les gestes. Et puis dans ce mendiant de Ribera, la crâne en lumière, en grand et gros plan, son chapeau tendu à nous qui nous saisit. Un type qui défèque, un autre qui pisse sur une statue romaine dans un paysage idyllique, des éléments qu’il faut aller chercher. C'est délicieux et irrévérencieux à souhait.

Published by Plume de rue
commenter cet article
24 avril 2015 5 24 /04 /avril /2015 18:14
Déambulation : Autour du butte

En plein quartier touristique, trouver l'inspiration et des lieux de concentration? Découvrir quelques faces méconnues de la capitale à côté des endroits où vous passez régulièrement? Lever le regard et le mettre en mots à partager juste pour le plaisir? Cette nouvelle déambulation créative vous le propose.

Plume de rue vous emmène entre Montmartre et la place Clichy sans jamais monter une marche. Le parcours vous conduira de la place Charles Dullin où il débutera à l'impasse de la Défense, où il finira. Nous deambulerons ensemble sans perdre de vue le sacré coeur pour mieux l'oublier. Nous passerons par des lieux différents d'ambiance, chargés d'histoire(s). Trois temps d'écriture sont prévus. Pour déclencher l'imaginaire, des propositions vous seront faites. Pour ceux qui nous rejoindraient pour la première fois : elles s'adaptent à toutes les plumes. Assurées ou professionnelles, prolixes ou laconiques, débutantes ou timides. Vous aurez le choix de partager vos productions personnelles ou d'écouter lors d'un déjeuner au bal café.

Départ à 10h30 heures précises, devant le théâtre de l'atelier place Charles Dullin

Arrivée à 13 heures moins précises impasse de la défense et fin de la déambulation.

Puis déjeuner au bal café pour les volontaires. L'heure de sortie de table sera selon notre plaisir partagé et rassasié.

Le tarif est de 30€ et comprend : la participation à la déambulation conçue pour vous emmener hors des sentiers battus, les propositions à écrire et les retours sur vos premiers jets, comme dans un atelier d'écriture. Le déjeuner et toutes les dégustations intermédiaires sont à votre charge.

Intéressé(e)s ? Dites le moi !

Déambulation : Autour du butte
Déambulation : Autour du butte
Published by Plume de rue - dans Déambulations !!!!!
commenter cet article
24 avril 2015 5 24 /04 /avril /2015 07:21

Un huis clos qui commence en comédie. Et les scènes à quelques personnages, 4 maxi, s'enchaînent sous l'oeil de la caméra fixe du taxi. Il est question de vie quotidienne, de faits divers, de scènes cocasses ou d'un accident de la circulation. Une gamme filme avec son appareil photo et dire autre chose serait dévoiler trop. Des femmes voilées passent dans une ville dont on ne voit aucun charme. Le chauffeur est le réalisateur. Son propos se clarifie petit à petit jusqu'à devenir tellement puissant qu'il prend une dimension rare. Celle de donner à vivre. La tension prend le pas sur la dérision et ce qui s'éclaire fait froid dans les tripes. Taxi Téhéran est un chef d'oeuvre créatif dont les conditions du tournage sont partie prenante. Il se laisse décrypter par petites touches. Un debrief est indispensable, revenir sur les éléments distillés, les indices et les preuves, comprendre le rôle des images, et imaginer un ordinaire réel, là bas. La dernière image donne une certitude. Jafar panahi est un homme courageux.

Published by Plume de rue
commenter cet article
12 avril 2015 7 12 /04 /avril /2015 17:26

Suite des portraits canariens. Gens croisés ou purement imaginés ? La plume seule le sait.

Oh le doudou

Elle voulait juste fumer une cigarette.

Derrière la vitre, il s’agite, fait des signes. Il montre la porte, les gens qui attendent. Il agite les bras et son visage devient cramoisi. Il regarde vers elle, tentant d’accrocher son regard. Derrière ses lunettes ses yeux divergent depuis toujours. Le médecin avait pourtant dit que ça disparaitrait. Elle attend. Il gesticule avec dans la main cette infâme peluche crasseuse lavée et relavée sans cesse, ce doudou qu’à presque dix ans il refuse de lâcher. Il était pourtant si mignon ce petit cheval en matière éponge désormais jauni et borgne.

Elle voulait juste fumer une cigarette et faire une pause quelques minutes.

Ne plus rassurer, ne plus calmer, ne plus passer sa main dans son dos noueux. Quelques minutes pour elle, lui assis dans la salle d’embarquement avec son père et son doudou décomposé. Quelques minutes à tirer sur sa tige sans penser à la bouffée suivante même si c’est dans la salle glauque d’un aéroport. Mais sitôt isolée, le voilà qui fait de grands gestes comme un gars au bout d’une piste qui gare les avions, inquiet comme le propriétaire d’un champ de mines sur lequel aurait pénétré un groupe de randonneurs, haletant comme un naufragé guettant un cargo même rempli de passagers clandestins. Elle l’aimait tellement quand il est venu au monde. Son espoir, son cadeau de la providence, son petit trésor. Il était l’enfant roi d’une mère à l’âge avancé, d’un couple qui avait profité un temps et attendu longtemps. Un enfant pourri gâté de jouets qui n’aimait que les câlins et cette chose chevaline.

Elle voulait juste faire une pause quelques minutes avant le décollage.

Un break dans sa vie de femme désormais consacrée entièrement à son fils. Oublier son petit hyperactif et omniprésent, sujet de tous les instants. Son mari a son travail et d’une certaine façon, il semble avoir jeté l’éponge, lui délégant l’essentiel et les soucis. Cette fois encore, depuis son enclos à fumeurs à Roissy, elle doit renoncer. Reprendre la garde de la chair de sa chair, le rassurer, lui dire que l’avion ne partira pas sans eux, que tout va bien se passer. Le prendre contre elle, l’apaiser et sentir le contact de la chose suçotée toujours enroulée autour de son index. Elle aimerait être relayée, lâcher de temps en temps, mais il ne veut qu’elle, accroché comme une sangsue au mollet du promeneur de rizière. Avec son mari, ils étaient un couple mature et complice. Il était bienveillant et partageur. Elle aimait le surprendre et faire l’amour. Ils parlaient de tout, de leurs journées actives, de leurs difficultés à concevoir, de rien. Ils sont devenus étrangers, responsables de ce petit monstre qui prend toute la place, occupe l’espace le jour et ses cauchemars.

Dans quelques minutes le décollage. Quelques jours de vacances au soleil, la mer, la piscine. Quelques parcours de golf pour lui, des jeux de l’oie et des maman ! hurlés pour elle. Elle éteint son mégot lentement. Le gamin tambourine sur la vitre essuyée au passage par le doudou. Ses lèvres lui sourient et elle avance vers la porte. Elle l’ouvre, il l’engueule. Maman tu vas nous faire rater les canaries Et il s’en va, à toutes jambes rejoindre son père qui a pris la queue de l’embarquement plongé dans son téléphone. Il court, le cheval en matière éponge crasseux et jauni lui échappe. La file avance. Elle les regarde monter à bord et les rejoint. L’enfant essoufflé renifle. Mon doudou, où est mon doudou. Elle l’a vu, elle sait qu’il est tombé. L’enfant hurle, le père la regarde impuissant. Il est où ce doudou, tu sais ? Oui, elle sait. Elle hésite. Ils sont dans le couloir qui mène à l’avion. Elle dit je vais le chercher, il a dû tomber plus haut. Ils montent à bord et elle fait demi tour. La chose est là, par terre, piétinée. Elle ramasse l’objet dégoutant et s’arrête. Quelques secondes, arrêtée au milieu de la salle d'embarquement.

Et puis elle jette le doudou, marche vers la sortie, court sous le regard du personnel au sol, franchit la police à l’envers et traverse l’aérogare à en perdre haleine. Dehors il bruine, elle s’en fiche, elle sort une cigarette, le temps de faire un break.

Published by Plume de rue
commenter cet article
12 avril 2015 7 12 /04 /avril /2015 13:23
JPG augmenté, le grand au palais
JPG augmenté, le grand au palais

Réalité virtuelle. Les robes de sirènes et les rayures marines se regardent avec les yeux des mannequins. Le grand palais fait défiler le talent de Jean Paul Gaultier. Y voir le délire de l'artiste, le fantasme de l'homme rendus accessibles. Punk chic. Plis de haute couture. Le travail est le secret de la beauté. Avec les célébrités en tenue, la musique et les effets spéciaux, cette expo est du spectacle sympathique qui met le luxe à la portée du sésame. Du coup, les allées sont empruntées par des inhabitués des grandes expos parisiennes. Et moi je dis, chapeau. Le rêve pour tous grâce à cet homme qui a fait du fi des différences la ligne de son parti pris. Une exposition qui ouvre les chakras de l'anti conformisme et l'imagination inter culturelle en latex et en dentelles.

JPG augmenté, le grand au palaisJPG augmenté, le grand au palaisJPG augmenté, le grand au palais
Published by Plume de rue
commenter cet article
9 avril 2015 4 09 /04 /avril /2015 12:20
Mercredi au soleil

Jardin des récollets je suis allée m'asseoir sur une pelouse. J'en ai été chassée sans ménagement par les préposés à la surveillance. Je me suis retranchée sur un banc à côté de l'aire de jeux que j'ai partagé avec un morceau de concombre au fromage blanc laissé par un pique nique récent. Une nuée d'enfants à qui tout est interdit sauf de hurler, de pigeons, de nounous au téléphone et de vieilles dames du quartier a envahi ma concentration. Et puis les détails du cancer, des rayons à venir et de la crève carabinée par dessus le marché ont eu raison de ma capacité d'écoute. Alors j'ai traversé Paris et me suis réfugiée au cimetière du Montparnasse. C'était autorisé, fleuri et parfaitement calme.

Mercredi au soleil
Published by Plume de rue
commenter cet article
6 avril 2015 1 06 /04 /avril /2015 17:46

Déambulation forestière Cerf croisé Sonné d’être découvert Nos regards échangés Moi sous le charme Jeune à peine boisé S’enfuit. Et sous les bourgeons retentit Sonate de brame

Published by Plume de rue
commenter cet article
5 avril 2015 7 05 /04 /avril /2015 17:40

Après, la voie cactée, une nouvelle histoire canarienne. Plume de rue en vacances à la plage qui se cache sous les pavés. Toute ressemblance avec vous-même ou quelqu’un de votre entourage serait malheureuse.

Ce devait être une semaine pour eux. Rien que tous les deux, sans les enfants laissés aux beaux-parents. Une semaine pour se retrouver parce que depuis la naissance de Léa il y a dix ans, ils avaient enchaîné les séjours en famille, les bungalows sur la côte et une grande partie des congés à la maison. Il disait pourquoi partir alors qu’on a la mer pas loin et puis comme ça tu peux t’occuper de tes fleurs tu dis que n’as jamais le temps. Mais là une mouche l’avait piqué et pour leur anniversaire de mariage, il lui avait offert une semaine au soleil. Pour une fois, et plus c’est toi qui choisis. Elle serait bien allée en République Dominicaine mais il avait souligné que ça faisait beaucoup d’heures d’avion, qu’il y avait le décalage horaire et qu’elle aurait du mal à reprendre le rythme au boulot après. Sans compter que c’était extrêmement cher. En revanche, il y avait des vols directs depuis Nantes jusqu’à Las Palmas, il n’y avait même pas besoin de monter jusqu’à Paris. Et puis son collègue Christian lui avait donné un tuyau terrible sur un hôtel sympa à quelques centaines de mètres de la mer avec buffet à volonté et tout à portée de tong. Il s’était occupé de la réservation sans omettre de lui montrer les preuves photographiques sur le site du voyagiste de la promesse de paradis qu’il lui offrait. A eux le kilomètres de plage de sable, les parasols à rayures et les transats qui n’attendaient que le passage des glaciers. Une otite chez Jonathan avait failli les faire renoncer mais il avait su la convaincre que le pronostic vital de leur adolescent n’était pas suffisamment engagé pour qu’elle renonce à ces vacances bien méritées. Le vol avait secoué un peu mais elle avait évité d’exprimer ses craintes ne voulant pas l’énerver davantage que les trois de retard que la compagnie charter leur avait faire prendre, sans explication valable de gâcher ainsi les quelques jours de vacances de pauvres contribuables méritants.

La chambre était propre un peu vieillotte et avec la vue sur le parking mais il y avait une bouilloire avec deux sachets de thé earl grey par jour et des échantillons à volonté dans la salle de bain. Elle avait remisé tout ce qu’elle pouvait, chipé quelques gâteaux sous vide au buffet du petit-déjeuner, pour ramener aux enfants. Les journées étaient ensoleillées et elle regretta de ne pas avoir apporté de crème solaire. Pourtant il en restait un tube à peine entamé datant de l’été dernier. Quel dommage. Ils sympathisèrent avec un couple des Hautes-Alpes rencontré lors d’une excursion sur un catamaran géant. Le monsieur l’avait aidée à monter à bord, alors qu’elle était en difficulté avec une marche trop haute et ses kilos superflus mal à propos. Sa dame aussi avait un peu d’embonpoint et elles avaient partagé la même banquette à l’ombre pendant que les hommes profitaient de l’apéritif au soleil. Absorbée par la conversation et les détails donnés sur sa vie dans les pays de Loire, elle avait réalisé tout à coup combien il était appréciable d’être ici sans les enfants même si ils lui manquaient un peu. Elle regardait régulièrement vers son mari et appréciait sa relative sveltesse au regard des autres vacanciers. Elle se sentait bien.

En rentrant de l’excursion ils avaient pris un pot à l’embarcadère avec l’autre couple et s’étaient promis de se rendre visite dès que le temps le leur permettrait. Grisés d’embruns et de bière, ils avaient ensuite fait des emplettes. Elle avait insisté pour prendre un teeshirt pour chacun des enfants qui s’étaient ajoutés à la somme des bricoles pour les uns et les autres et une un peu plus grosse pour ses beaux-parents qui leur avaient tout de même bien rendu service. Aloé vera pour sa collègue, céramique pour ses parents à elle, magnets pour tous, rhum distillé sur place à la vanille pour eux et nature pour les voisins, tout était local et elle était ravie de pouvoir faire plaisir, fière à l’idée de la distribution qui s’annonçait.

La semaine touchait à sa fin et elle disait qu’elle ne voulait pas rentrer, ravie de ne pas avoir à faire la cuisine et il vaisselle. Ils avaient fait une promenade sur la plage au soleil couchant, se tenant par la main comme de jeunes amoureux. Il l’avait prise par la taille et taquinée sur ses poignées d’amour. Elle avait rougi et il l’avait embrassée en lui disant qu’il aimerait toujours sa môman à lui. Quand elle avait eu du mal à fermer la valise, allongé sur le lit, il l’avait charriée. Elle lui avait dit qu’il serait bien content de boire le rhum qu’ils ramenaient et que les enfants aient de nouveaux teeshirts pas chers. Il avait souri. Et elle était bien contente de sa repartie. En revanche, en voyant sa tête au comptoir d’enregistrement de l’aéroport quand la dame avait annoncé dans un français impeccable qu’il fallait payer un excédent de bagages et qu’il avait hurlé « trois kilos, mais c’est énorme ! », elle avait su qu’il lui ferait payer.

Trois kilos, c’est énorme !
Published by Plume de rue
commenter cet article
22 mars 2015 7 22 /03 /mars /2015 14:22
[photo plume de rue]

[photo plume de rue]

Dans la salle du bas, dans l’obscurité et le confort des gros coussins, on prend le temps de s’imprégner. Des mondes superposés. Une autoroute réservée aux piétons et cyclistes, mouvements désordonnés, ombres projetées à des vitesses différentes sous l'œil en mouvement de la caméra. En-dessous les files linéaires d'automobiles continues et monotones, dans l’ombre et leur habitacle, des humains devinés. Le temps passe, chacun va, vaque. Certains s'arrêtent. Plus tard il fera nuit.

Focus de quelques minutes sur quelques uns dans l'espace temps continu et parmi les six milliards d'êtres humain. Une tranche de l'infini. Se laisser guider, surprendre. Juste prendre par le regard et se laisser emporter. Rêver peut-être.

Ailleurs, sur un pan de mur, une autre saisie d’images : un type fume une cigarette. Pause sans enjeu. Moment anodin et pourtant indispensable entre deux. Deux autres choses, enchaînements coupés. Comme l'image en deux. Un bout de plante, un visage. Où est il à quoi pense t il et sur quelle étagère est elle posée ? Peut importe. Cela lui appartient. Et nos interprétations à nous.

Mark Lewis filme le rien et le tout, en particulier. Il saisit avec talent un moment, une situation, un mouvement. Il emmène sa caméra dans des mouvements improbables pour nous laisser le plus important : regarder. Et dans ce monde où tout est souligné, tout est expliqué, les infos montrées en boucle et sous titrées, là nous redevons intelligents, obligés de nous approprier ce que nous regardons, redevenir curieux, donner notre sens. Commun ? Peu importe. Nous sommes tous figurants serait la morale de cette exposition dans laquelle j’ai plongé comme dans un océan de richesses. En Silence. En sursis. Ici le regard conduit à son intérieur, à sa conscience. En durée indéterminée plus ou moins déterminée.

Les vidéos de Mark Lewis sont à voir au Bal. Et cette exposition ne se rate pas.

Published by Plume de rue - dans exposition
commenter cet article
15 mars 2015 7 15 /03 /mars /2015 18:31
Les dessous D'Isabelle Vialle

A la galerie Art-Aujourd’hui située dans une impasse qui donne sur la rue des Martyrs, les toiles d'Isabelle Vialle ont trouvé une place de choix. Aimer ou ne pas aimer telle n’est pas la question. L’univers de cette peintre se visite avec les tripes.

Les toiles sont faites d'huile et de matière, surimpressions et épaisseurs pour des effets bouleversants. Il n'est pas question de voir une chose ou un sujet mais de rencontrer son âme, de plonger en soi pour accueillir sa noirceur autant que ses espoirs. Une œuvre qui se pénètre avec précautions et sans modération. L'avoir chez soi pourquoi pas mais l'avoir en soi, c'est sûr. Représentée sous une forme compacte, pyramidale sous les dessous d'une robe protectrice et maternante, entre des racines tentaculaires d’arbres imaginaires, l’angoisse a trouvé un abri. Incarnée sous des formes rondes, craniques, formes multiples les idées pullulent, agitation dense. Regarder une toile d'Isabelle Vialle, c'est se laisser accrocher et accepter de plonger en soi, de sentir son ventre se nouer et de laisser les pensées filer.

Artiste c'est ça : un sujet, un traitement, une patte et un effet sur celui qui regarde et pour sûr Isabelle est une sacrée artiste.

Les dessous D'Isabelle Vialle
Published by Plume de rue
commenter cet article