Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le propos

Regards sur la culture, images des rues, mots venus par inspiration

Rechercher

30 juin 2011 4 30 /06 /juin /2011 23:23

P1140837.JPG

 

Manet s’expose au musée d’Orsay et invente la modernité. La lecture est donnée par le dépliant et sur les murs, couleur prune qui fait ressortir le noir pour ceux qui n'ont pas la chance de déambuler avec Catherine Foliot.

Derrière les têtes de ceux qui visitent en nocturne, dans la cohue des derniers jours et l’empressement à ne pas manquer un bout de sein d’Olympia ou le face public de la femme nue du déjeuner sur l’herbe, les bousculades vont bon train, les commentaires aussi. Les cadres sortis de leurs entreprises envoient des textos entre deux toiles, ou commentent leurs déboires de la journée avec leur moitié. Oh oui Manet c’est beau, il y a du noir comme dans la peinture espagnole, parfois ça ressemble à Renoir et surtout il y a toutes ces peintures célèbres qui ont ce goût de déjà vu qui rassure.

Mais nos jeunes et moins jeunes cadres qui se précipitent dans les expositions parisiennes à ne manquer sous aucun prétexte cautionnent-ils vraiment la démarche créative du peintre : rester dans le cadre pour mieux pouvoir en sortir ? Partir du connu, de l’accepté et le transcender, l’emmener plus loin, le déplacer pour en créer un nouveau. Mettre une main pour attirer le regard justement là où les regards se détournent, faire en grand des enfants habituellement petits, clore l’histoire à la manière de Goya ou cadrer sur une serveuse juste humaine, à la manière d’une photographie. Aujourd’hui cela existe mais hier ? Que se serait-il passé si Delacroix avait continué à régner et Puvis de Chavanne à miévrer ? Manet innove, invente sans se facher. Pas trop. Sans esclandre et en restant dans le cercle, le cadre. Créer la rupture de l’intérieur, c’est fort. Très fort.  

Et nos jeunes et moins jeunes cadres qui exercent dans les entreprises le jour et déambulent dans les expos la nuit, font-ils parfois du hors cadre ? Qui aujourd’hui propose un modèle alternatif ?

Dans l’entreprise moutonnière où le cadre est dans la norme, on aurait bien besoin d’un monsieur Manet pour sortir un peu du champ.

 

Merci à Catherine pour son ouverture et son invitation à regarder, en dépit de ceux qui cadrent les musées et font la chasse à ceux qui ne sont pas estampillés dans le cadre.

http://www.passage-management.com/fr

Partager cet article

Repost 0
Published by Magdeleine
commenter cet article

commentaires

jean de la Lune 01/07/2011 11:52


Très bien le cadre et les moutons qui se déplacent à l'intérieur. Sais-tu que la reconnaissance de Manet fut très tardive (comme beaucoup d'artistes!) et que dèjà rongé gravement par la syphillis
il refusa les honneurs qui lui furent rendus.
Au sujet de Puvis de Chavanne que personnellement j'apprécie beaucoup (comme le fit Picasso!) pour son invention graphique, je ne le trouve pas mièvre. Lui aussi fut un découvreur en son temps.


Magdeleine 01/07/2011 23:19



Enfin de la contradiction sur plume de rue ! Puvis de Chavanne, c'est un rien pastel, non ? Découvreur, sans aucun doute. Mais toutes les inventions font-elles sens ? Mais si Picasso est d'accord
avec toi, je m'incline.